Blog

Rénovation thermique : les Français mal informés

14/12/2017

Catégorie :General 

 

Cinquante-trois ans : c’est le nombre d’années nécessaire pour rénover les 15 millions de logements énergivores si on conserve le même rythme, soit 288.000 rénovations performantes par an selon l’Agence de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Un chiffre qui illustre bien le défi auquel doit faire face le gouvernement d’Emmanuel Macron et ses successeurs pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre générées par le parc de logements.

Des Français mal informés

 

Si la rénovation énergétique a du mal à décoller, c’est certainement en raison du manque d’informations des particuliers concernant aussi bien les aides financières dont ils peuvent bénéficier que la hiérarchisation des travaux. Selon la troisième vague du Baromètre annuel Les Français et la rénovation énergétique Opinionway/monexpert-rénovation-energie.fr, 67% des Français sous-estiment la prise en charge de l’Etat des travaux. Cette dernière étant notamment estimée entre 11 et 30% par 38% des personnes interrogées alors que la puissance publique en prend à sa charge entre 31 et 40%. Les aides dédiées à la rénovation énergétique sont pourtant nombreuses que ce soit le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) qui sera modifié, l’Eco-PTZ (un prêt sans intérêts pour effectuer des travaux), la TVA à taux réduit ou encore le programme Habiter mieux de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (ANAH). Encore faut-il les connaître et savoir les utiliser !

Une culture technique défaillante

 

Autre écueil dans la rénovation énergétique : le manque de connaissances techniques des particuliers. Les Français qui se sont lancés dans la rénovation énergétique de leur logement ont privilégié le remplacement de leurs fenêtres pour 40% d’entre eux, l’isolation des combles arrivant en deuxième position avec 32% des travaux engagés. « Or les fenêtres ne représentent que 10 à 15% des déperditions thermiques d’une maison contre 30% pour des combles mal isolés », observe Matthieu Paillot, directeur général de Teksial/monexpert-rénovation-énergie.fr.

Des dispositifs financiers pérennes

 

Si des campagnes d’information plus régulières sont indispensables pour amorcer une véritable dynamique dans la rénovation énergétique, une certaine stabilité des dispositifs fiscaux est réclamée par de nombreux acteurs de l’immobilier. « Il serait sain de maintenir une certaine lisibilité des aides pour que les particuliers puissent se les approprier et se lancer dans un programme pluriannuel de travaux. Il faut en effet compter entre 20.000 et 25.000 € pour des travaux de rénovation énergétique d’une maison. Il est impossible de se projeter à un horizon de deux ou trois ans quand chaque loi de Finances remet en cause les aides financières dédiées aux travaux », conclut Matthieu Paillot.

Source : PAP